Accueil Géographie sociale et politique

Géographie sociale et politique –
Frontières, conflits et rapports sociaux

Géographie sociale et politique

Qu’est-ce que le site géographie sociale et politique ?

C’est la question que l’on peut se poser en arrivant ici ! Mais avec elle ce sont bien d’autres questions qui se trouvent soulevées.
D’abord, ce site est un site personnel, celui d’un géographe, Fabien Guillot.
Ensuite, c’est aussi un site qui cherche à mettre en accès libre toute une série de questionnements liés à mes recherches en géographie sociale et politique.

Vous cherchez à comprendre les relations entre sociétés humaines ? Comment sont organisés et construits les espaces ? Pourquoi et pour qui ils sont produits ? Les questions du “où”, du “où-qui”, du “où-pourquoi” vous obsèdent ? La géographie humaine vous intéresse ?
Et les frontières… Quels rapports avec la géographie sociale et politique ? La réalité des relations frontalières vous semble toujours plus complexe ? vous ne savez plus si les frontières sont des zones de conflit ou des zones de lien ? Si elles sont une fin ou le début d’autre chose ? Les conflits qui nous sont plus ou moins rapportés par les médias vous semblent parfois compliqués ? Toutes ces questions font écho en vous ? Vous êtes curieux ? Ou enfin vous êtes ici par hasard ? … peu importe !
Pour toutes ces questions, il y a une bonne raison pour que vous vous promeniez sur Géographie sociale et politique. A partir de recherches en cours sur les asymétries frontalières, sur les inégalités et les différences sociales, sur les migrations, les vulnérabilités sociales et les risques politiques, vous trouverez autant de pistes ouvertes afin de mieux comprendre la dimension spatiale et temporelles des rapports sociaux. Et, si le besoin s’en fait sentir, pour mieux répondre à vos attentes n’hésitez pas à me faire part de vos avis et suggestions.

Bienvenue sur géographie sociale et politique

Géographie sociale et politique a pour but de vous faire découvrir ce courant de la géographie humaine. Vous ne trouverez pas tout ici, car je n’ai pas la prétention de tout en connaitre, mais cela suscitera peut-être la curiosité chez vous et le désir d’aller plus loin…
A partir de mon parcours et des différentes rubriques, notamment mes recherches sur les relations frontalières, j’espère ainsi contribuer à faire connaître un peu mieux cette approche de la géographie déjà bien ancienne…
Des auteurs aussi divers et anciens qu’Elisée Reclus, Jean Bruhnes, Pierre George, Renée Rochefort, Armand Frémont, Robert Hérin ou encore Guy Di Méo représentent quelques-uns des géographes qui ont contribué, à des époques différentes, à en esquisser les bases et les contours.
Aujourd’hui, d’autres continuent à faire évoluer et à développer les problématiques au sein de laboratoires de recherche situés dans diverses universités et équipes de recherche.
Ce site a aussi pour but essentiel d’apporter quelques pistes de réflexion sur la complexité des rapports sociaux, leurs évolutions et transformations tant aux échelles locales que mondiale. Pour cela, je vous présente également quelques aspects des mes recherches sur les frontières dans des pays aussi variés que le Liban, Israël, la Palestine, le Maroc, le Mexique ou encore les États-Unis. La complexité et la diversité des populations, des cultures et des relations aux frontières offrent l’opportunité d’illustrer toute la richesse d’une approche géographique : celle de la géographie sociale et politique.
C’est ce que j’ai entrepris de développer dans la thèse de géographie que j’ai soutenue en fin d’année 2009 thèse intitulée : Les asymétries frontalières. Essai de géographie sociale et politique sur les pratiques sociales et les rapports sociaux. Les cas États-Unis / Mexique, Espagne / Maroc, Israël / Liban / Palestine.
Dans le cadre de cette thèse soutenue en 2009 et, plus largement de mes recherches qui se sont poursuivies depuis dans le champ de la géographie sociale qui s’intéresse aux dimensions spatiales et temporelles des sociétés, l’un des objectifs est de chercher à comprendre et décrypter les rapports entre les sociétés. Cela peut se faire par exemple en s’intéressant aux espaces qu’elles produisent, qu’elles s’approprient, se disputent, mais aussi aux processus et pratiques de dominations, aux rapports de forces, aux asymétries prenant la forme combinée ou non de l’inégalité ou de la différence.
Ma démarche théorico-empirique éprouvée au cours de ces années, sur des terrains de recherche frontaliers, souvent complexes et difficiles, s’appuie sur des méthodes qualitatives (observations, entretiens, questionnaires) et quantitatives (traitements statistiques) et sur l’usage de différents outils (photographie, cartographie, SIG…) dans le cadre d’une démarche à la fois multiscalaire et pluridisciplinaire.

Explorer des sujets de recherches

Prochainement en ligne

Terrains de recherche sur les frontières et les asymétries

Quelques exemples par lesquels entrer pour déployer la grille d’analyse de géographie sociale et politique.

Les relations entre Palestiniens et Israéliens sont marquées depuis plus de 60 ans par le conflit et la guerre, mais aussi par la haine et la défiance. Depuis des décennies, les souffrances s’accumulent et le chemin de la paix semble à chaque fois toujours plus loin et tortueux. L’espace est au cœur des enjeux entre Palestiniens et Israéliens. La construction du Mur, la colonisation en Cisjordanie, le cloisonnement et l’apartheid constituent autant de matérialisation du conflits et de l’asymétrie politique, militaire et économique qui perdurent entre ces deux populations orphelines de la paix et de la sécurité.

>> Espace, contrôle et relations israélo-palestiniennes

Accueil Géographie sociale et politique