A propos

Ce couple que constituent le site « Géographie sociale et politique » et le blog « Carnets de géographie sociale et politique » sont développés depuis l’année 2005 (pour le site) par Fabien Guillot. Ouvert alors que j’étais étudiant en doctorat de géographie, l’objectif a été dès les débuts de partager avec le plus grand nombre quelques aspect des recherches que je menais alors en géographie sociale et politique sur les frontières, les rapports sociaux et les conflits, de parler des terrains de recherche qui me servaient de « terrains-laboratoires », de développer quelques réflexions épistémologiques, ou encore d’esquisser quelques aspects des méthodologies, etc.

Depuis ces débuts, les recherches ont évolué, la thèse (sans financement) a pu se terminer et a été soutenue en 2009. Depuis 2011, année du recrutement sur un poste de Maître de conférences en géographie à l’université de Caen Normandie, l’activité du site s’est aussi ouverte sur les évolutions du métier de géographe et des recherches qui sont développées depuis que ce soit autour des asymétries frontalières, de la géomatique, des inégalités sociales de santé par exemple, et également sur les évolutions du cadre professionnel que constitue l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), notamment l’Université qui a subi bien des réformes depuis plus d’une dizaine d’années… Tout ceci se trouve lié. En effet, comment parler de recherches sans penser le cadre politique et les conditions matérielles de cette recherche ?

Pour autant l’objectif initial n’a pas changé : partager une passion celle de la géographie, de la géographie sociale et politique principalement mais pas uniquement en ouvrant aussi vers la cartographie et les système d’information géographique, vers la géographie de la santé en lien avec la prise en compte des inégalités sociales. Cette géographie universitaire qui est bien plus riche et complexe que celle qui est enseignée avant l’université au collège et au lycée et qui demeure souvent méconnue du grand public.

Parler de géographie universitaire en dehors des cadres institutionnels universitaires c’est aussi contribuer à l’éducation populaire, librement accessible en France comme ailleurs dans le monde (principalement francophone il est vrai). En cela, cela traduit en pratique un des éléments au fondement de la géographie sociale : faire une géographie militante et engagée en s’affranchissant des frontières matérielles, symboliques qui se dressent pour l’accès au savoir et à la connaissance. Il est donc aussi question de rendre accessible au plus grand nombre quelques éléments de connaissance et de savoirs, de méthode aussi.

Ce travail de développement du site « Géographie sociale et politique » et du blog « Carnets de géographie sociale et politique » se fait sur le temps libre que je peux y consacrer. Autant dire que ce n’est donc pas toujours régulier, avec des moments où l’activité rédactionnelle est plus importante qu’à d’autres. Pour autant depuis 2005, le site et ensuite le blog sont toujours restés ouverts, animés par cette même volonté initiale de rendre accessible et de partager.

Bienvenue à toutes et tous : curieux, collègues, étudiants d’ici et d’ailleurs.

F.G.