Saddam Hussein : sa mort en vidéo.

2 janvier 2007 0 Par admin

Pratiquement trois ans jour pour jour après sa capture dans une cache de sa région natale de Tikrit, près de trois décennies après son arrivée au pouvoir à Bagdad, l’existence de Saddam Hussein s’est achevée au bout d’une corde. L’ancien dirigeant irakien, Saddam Hussein a été exécuté par pendaison comme en témoigne une vidéo de son exécution qui a été montrée sur les médias télévisuels et Internet…

Saddam Hussein a donc été exécuté par pendaison après un procès qui laissera de nombreuses questions de côtés. Malgré la réalité des crimes commis et orchestrés par l’ancien Raïs irakien, la polémique semble l’emporter lorsque l’on voit les conditions de cette exécution, ce qui pose plus largement aussi la question de la peine de mort. Les conditions mêmes de l’intervention militaire Américano-anglaise, l’arrestation, puis le jugement de Saddam Hussein, aucun de ces moments clés ne se sont déroulés dans la sérénité qu’aurait conféré le droit international si ce dernier avait été respecté par l’administration américaine d’abord et par les autres acteurs ensuite.

Un procès chaotique

L’ancien président irakien, renversé  en avril 2003, a été condamné à  mort pour crimes contre l’humanité le 5 novembre 2006. Sa condamnation, au terme d’un procès souvent chaotique, avait été confirmée mardi 26 décembre en appel. Pourtant, des associations de défense des droits de l’homme, dont Amnesty International et Human Rights Watch, ont dénoncé les conditions jugées inéquitables du procès d’un homme dont le règne a été marqué par des atteintes massives aux droits de l’homme et des répressions sanglantes et brutales. Les conditions de son procès auraient dû être de ce fait irréprochables tant sur la forme que sur le fond. Or, force est de constater, comme l’ont fait ces diverses associations, que ce procès ne s’est pas tenu dans des conditions normales. La légitimité de la cour, les assassinats des avocats de Saddam Hussein et des autres prévenus également jugés, sont quelques-uns des manquements relevés. Enfin, l’exécution rapide de l’ancien dictateur pourrait relancer les critiques. Saddam Hussein ne sera par ailleurs pas jugé pour les autres crimes qui lui étaient reprochés durant son règne de 1979 à 2003. Les populations irakiennes kurdes, les opposants politiques, tous ces irakiens qui ont souffert sous le régime de Saddam Hussein ne pourront pas avoir l’opportunité de juger le responsable en chef de leurs souffrances. C’est sans doute une nouvelle désillusion après les résultats de l’intervention américaine qui a précipité l’Irak dans un chaos qui ressemble de plus en plus aux prémices d’une guerre civile entre irakiens, chiites, sunnites et Kurdes.

La mort de Saddam Hussein filmée…

Photo de Saddam Hussein

Condamné à  mort pour crimes contre l’humanité, l’ancien président irakien Saddam Hussein a été exécuté par pendaison samedi 30 décembre 2006 peu avant 06h00 (04h00, heure de Paris et 03h00 GMT) à  l’âge de 69 ans. Ses avocats avaient fait appel de la condamnation à la peine de mort, mais le 26 décembre, l’appel a été rejeté et la sentence pouvait donc être exécutée depuis cette date. La télévision nationale irakienne a diffusé des images montrant Saddam Hussein, calme, discutant avec son bourreau dont le visage était masqué par une cagoule, alors qu’il plaçait le nœud d’une corde autour du cou de l’ancien président irakien. Saddam Hussein reste calme, presque impassible. Son visage est découvert au moment où la corde lui est passée autour du coup, ses mains et ses jambes sont attachées. Par la suite, la vidéo diffusée par les chaines de télévisions ne montre pas la pendaison qui s’est déroulée à l’intérieur d’un bâtiment du ministère de la Justice dans le nord de Bagdad. Pour ceux qui le souhaitent, un vidéo de mauvaise qualité existe montrant l’intégralité de l’exécution. Voici la vidéo semble-t-il prise clandestinement (attention les images et la scène peuvent choquer).

Vidéo de l’exécution de Saddam Hussein.
Attention images pouvant heurter la sensibilité !

Peine de mort et respect de la convention de Genève…

Les conditions dans lesquelles cette vidéo a été prise constituent la base d’un début de polémique non seulement en Irak mais plus largement dans le monde entier. En effet, la situation montrée en vidéo et les photographies qui circulent sur internet sont de nature à porter atteinte au respect de la convention de Genève qui précise qu’aucun prisonnier ne doit être montré de façon humiliante. Or, force est de constater que cette vidéo, ou les photos montrant l’ancien dictateur Saddam Hussein, la corde autour du coup, est contraire à l’esprit de ce texte. Le demi-frère de Saddam Hussein, Barzan al Tikriti et l’ex-juge Aouad al Bandar devaient être exécutés à la fin des festivités de l’Aïd, dans une semaine. Les deux autres co-accusés et condamnés à mort, sont pour le moment au milieu d’une intense tractation entre l’ONU, le Gouvernement irakien et les États-Unis. La peine de mort en tant que pratique contraire aux droits de l’homme pose en effet question, surtout lorsque l’on voit les conditions dans lesquelles Saddam Hussein a été exécuté. Tout ce débat et les questions en suspend n’ont pas empêché la chaine de télévision irakienne chiite (Biladi) de diffuser des images de la dépouille de l’ancien raïs placée dans un linceul blanc, et dont la tête était visible. Transporté par un hélicoptère américain, le corps de Saddam Hussein a été enterré dans le village d’Aouja (près de TiKrit), où ses fils ont été inhumés en 2003.

Quel avenir pour l’Irak ?

La rapidité de l’exécution laisse maintenant place à de nombreuses questions. Notamment, certains se demandent pourquoi l’avoir exécuté si vite et mis fin par là même aux autres procédures qui visaient Saddam Hussein ? Inévitablement, on se demande si la précipitation à exécuter Saddam Hussein ne traduit pas une certaine crainte qu’il ne révèle des éléments qui pourraient déranger d’autres puissances. La situation politique très tendue en Irak constitue aussi un élément de nature à favoriser la disparition définitive de Saddam Hussein. En effet, dans la situation très tendue dans laquelle se trouve l’Irak, l’idée de son retour sur la scène politique, idée entretenue par ses partisans, a particulièrement été commentée et dénoncée par le nouveau gouvernement irakien et plus encore dans les rangs des partis chiites. Cette idée commençait à trouver quelques échos dans une opinion publique irakienne soumise à une guerre civile qui ne dit pas son nom et à une occupation américano-anglaise toujours aussi mal acceptée. Les morts quotidiens parmi les civils irakiens donnent un goût amer à la démocratie et à la liberté que voulaient imposer par la force du canon et les troupes américaines, l’administration du président Bush. Aujourd’hui, les actes terroristes et la division sont les éléments les plus visibles du résultat de cette guerre menée unilatéralement contre un pays sur les bases d’un mensonge. Certes, les irakiens sont aujourd’hui débarrassés de Saddam Hussein, mais à quel prix ! Le dictateur Saddam Hussein est mort, les irakiens continuent de mourir, l’Irak s’enfonce dans le chaos. Le terrorisme prolifère.